Destination universelle des biens

Toute femme et tout homme a le droit de trouver dans les biens de la création de quoi vivre, et vivre bien (pas seulement le « minimum vital »). Dieu nous confie la responsabilité de faire fructifier les biens de la terre pour tous : ceux qui vivent aujourd’hui, mais aussi ceux qui vivront dans l’avenir.

Dans la pensée sociale de l’Église, depuis Léon XIII, la propriété privée est à la fois un droit fondamental et un droit limité dans son usage car subordonné à la destination universelle commune des biens créés. (RN 19 ; MM, PP 22-24 ; SRS 42 ; CA 30). « Dieu a destiné la terre et tout ce qu'elle contient à l'usage de tous les hommes et de tous les peuples, en sorte que les biens de la création doivent équitablement affluer entre les mains de tous. » (GS 69)

La propriété privée a donc une fonction sociale (une « hypothèque sociale » dit SRS) qui fait qu’elle est soumise aux besoins éventuels de la communauté sociale. Au plan international, ce principe implique un devoir de solidarité vis-à-vis des pays pauvres.

Lire également...