15 mars 2011

Grandir dans la crise

Conseil Famille et Société de la Conférences des évêques de France

Le texte intégral est publié par Bayard, Cerf, Fleurus-Mame, mars 2011, 85 pages, 5 €.

Vous en trouverez ci-dessous une recension : 

Troisième lettre des évêques depuis le début de la crise de 2008, Grandir dans la crise invite à prendre la mesure des mutations en profondeur : « une crise en révèle d'autres » (p. 29). Vingt ans après la chute du mur de Berlin, des évêques constatent que les inégalités ont augmenté plus vite que la richesse globale du monde. Les marchés financiers restent dominés par la recherche du gain à court terme et l'économie de marché montre ses limites. Cette perte du sens d'une destinée commune est à l'origine d'une crise qu’ils qualifient d’anthropologique. « Pour oser un nouveau développement » (p. 37), les évêques revisitent la pensée sociale de l'Eglise : le respect de la dignité de tout homme et de tout l’homme, le bien commun et les biens collectifs, le sens du travail et la solidarité. Une troisième partie présente le vivre ensemble comme une coresponsabilité. Il s'agit de soutenir les initiatives de la société civile qui dépassent de plus en plus le niveau national, de voir dans le mouvement autour de la responsabilité sociale des entreprises un premier pas vers une régulation mondiale, d’encourager les médias à former une conscience critique. Leur lette insiste sur la nécessité de réhabiliter le politique, dans le respect du principe de subsidiarité, en retrouvant des cohésions nationales et internationales qui s'appuient sur la justice sociale. Grandir dans la crise est une façon de réaffirmer l’espérance chrétienne et d’ouvrir un débat qui passe largement les frontières de l'Eglise.