Migrations

A l’initiative de Jean-Baptitste Scalabrini, appelé « le père des migrants » (béatifié en 1997), le Vatican crée dès 1905 un « Bureau pour le soin spirituel des émigrants », ancêtre de l’actuel « Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement ». Et en 1914, Benoît XV institue la « journée mondiale du migrant et du réfugié », occasion de la publication des grands textes sur les questions liées à la migration, à l’exil et aux conditions du « vivre ensemble ». Aujourd'hui, « le bien commun et l’engagement en sa faveur doivent assumer les dimensions de la famille humaine tout entière, c’est-à-dire de la communauté des peuples et des Nations, au point de donner forme d’unité et de paix à la cité des hommes, et d’en faire, en quelque sorte, la préfiguration anticipée de la cité sans frontières de Dieu (Caritas in veritate 7).