11 septembre 2018

La sauvegarde de la création en Guyane

Le 29 mai 2018, Mgr Lafont, évêque de Guyane, a publié une lettre pastorale sur la protection de la création en Guyane.

Reprenant les principaux enseignements de Laudato si', il déclare en particulier : "la nature n’a cessé d’offrir aux hommes l’eau, le vivre et le couvert, les plantes médicinales et tous minéraux et végétaux prêts à l’industrie humaine. Le tout totalement gratuitement. Nous avons transformé tout cela en économie financiarisée. Là où la gratuité manque, la fraternité se perd."

Il anonce également le synode pour l'Amazonie qui réunira en octobre 2019 une centaine d'évêques et est déjà en phase de préparation.
Après avoir fait le point sur la situation "préoccupante" de cette région, il reconnaît que "la voix de l’Église en défense des peuples autochtones a été beaucoup trop faible" et confesse que "son message doit être un message de joie et de paix, de respect et d’écoute, un message à dimension spirituelle mais aussi sociale, environnementale, écologique." Il appelle à "créer une Guyane à visage amazonien – qui établit son avenir non plus sans, mais avec la sagesse amérindienne – gardienne de la forêt – et qui tourne le dos à ce qui détruit la forêt et les peuples qui y vivent" et cite le pape François aux communautés amazoniennes : « Nous qui n’habitons pas ces terres, nous avons besoin de votre sagesse et de votre connaissance pour pouvoir pénétrer, sans le détruire, le trésor que renferme cette région. »
Refusant de " proposer encore [la Guyane] à des multinationales qui ne viennent pas pour nous faire du bien, quoi qu’elles en disent, mais pour tirer profit de notre sol pour elles et pour leurs actionnaires ", il s'insurge : "Nous risquons, pour un plat de lentilles, de laisser notre meilleure jeunesse continuer à quitter notre territoire pendant que d’autres continuent de nous piller…"
Il appelle à changer de route : "C’est d’un changement dans notre style de vie que nous avons tous besoin, bien plus que d’une course effrénée dans une croissance économique et financière sans limites qui, en réalité, nourrit la crise. Les peuples de la forêt peuvent nous en apprendre beaucoup sur le véritable bonheur, inséparable d’une saine sobriété de vie. Le pape François nous y invite lorsqu’il parle de spiritualité écologique."

Pour lire l'intégralité de la lettre pastorale : https://eglise.catholique.fr/actualites/455995-lettre-pastorale-de-monseigneur-lafont-sur-la-protection-de-la-creation-en-guyane/